Les tatoueurs perdent leurs couleurs.

Basé sur un principe de précaution concernant les produits cosmétiques mettant en cause certaines substances, le gouvernement a décidé d’interdire la majorité des encres couleurs au 31 décembre 2013 utilisées par les tatoueurs.

 

Aisne-Info est allé à la rencontre de Mika, tatoueur à Chaillevois qui s’insurge contre l’arrêté pris et qui sera mis en vigueur dans un mois, il restera en teintes autorisées que le noir, le blanc, le gris, le vert et le bleu, tout le reste sera interdit ce qui représente 9 couleurs sur 10.

 

Mika nous confie sa crainte car le risque de cette interdiction va engendrer de la clandestinité et va faire perdre 80% des grands artistes français qui risquent de partir à l’étranger car cette loi est pure française et va au-delà de la règlementation européenne.

 

« Je me suis lancé dans le tatouage il y a 3 ans et je veux rester dans le respect de la peau de l’autre et étant membre du SNAT (Syndicat National des Artistes Tatoueurs), je défends des artistes comme Pierrot à Laon ou encore Tin-Tin qui vont être touchés, de plein fouet, par cette mesure. Leur art est nécessaire pour l’arrivée des futurs artistes car nous sommes des artistes et nous avons été reconnus en tant que tel depuis mars 2013.

Nous sommes des professionnels, nous avons suivi des formations, le matériel demande un gros investissement, nous sommes suivis et contrôlés par les services sanitaires et de part cette loi, il y aura des personnes, soi-disant tatoueurs qui vont faire des tatouages couleurs avec des produits d’exportation chez eux ou dans une cave sans aucune précaution sanitaire, notre profession est en danger ! » s’inquiète Mika.

Et de poursuivre « Il y a une solution, c’est décalé l’arrêté et de faire faire des études épidémiologiques sur les traitements, d’imposer aux fournisseurs d’encre une liste détaillée des ingrédients comme sur les emballages de nourriture et d’arrêter d’ennuyer les professionnels par une administration trop lourde. Nous avons une responsabilité énorme, c’est un métier risqué et j’insiste pour dire que nous ne pensons pas à l’argent, nous pensons à notre art. »


  • Hervé Boutelier - Aisne Info
  • 1 Réaction
  • 02/12/2013
  • Département

Les réactions

  • Avatar
    Sébastien Quiterio

    Le 03/12/2013 à 18:42:15

    Je me suis fait tatoué par Mika, et je tiens sa position sur l'art et l'artiste.
    Imaginé " La Joconde " en noir et blanc serait elle aussi magnifique?
    Moi je dit qu'elle serait immonde, alors imaginé un tatouage qui as dû charme et dû cœur avec sa couleur c'est le bonheur pour le tatoueur et le client, car tout deux sont heureux de cette œuvre qui est plus vivante et plus joyeuse.
    Donc aidons-les à faire que le gouvernement ferme sa gueule, et que ce dit gouvernement demande plus aux fournisseurs comme Mika la dit.
    Maintenant je parle à vous autres aider nos amies les tatoueurs à sauver leur arts.
    Je vous remercie d'avance de l'aide qui leur seras apporté.

Réagir


Rechercher sur le site

L'équipe de la rédaction

Mentions légales

Liens amis

Petites annonces voitures

Météo

Vendredi

min. 0 °

max. 13 °

Risque de pluie

Samedi

min. 5 °

max. 16 °

Ciel dégagé

Dimanche

min. 5 °

max. 18 °

Risque de pluie