Laon : Un peuple sacrifié au nom du profit… Posté le 18/11/2017 - Par Jean-Paul VAILLANT Laon

C’est en présence de la réalisatrice Christine Seghezzi  et du collectif anti-OGM de Picardie que le film « Histoires de la plaine » était projeté au cinéma le Forum de Laon.

 

Devant un public qu’on peut regretter  peu nombreux, à l’écran, le désastre sanitaire et écologique de la monoculture du soja transgénique en Argentine, un peuple sacrifié au nom du profit dans  «  une mise en scène d’une effroyable beauté »* dans un « constat glacial »*

 

Autrefois, dans la pampa argentine, autour de Colonia Hansen, des terres très fertiles, des troupeaux sur des vastes prairies donnant la meilleure viande bovine. Le film montre à présent d’immenses champs transgéniques, unique morne paysage jusqu’à l’horizon, des rondes lancinantes d’avions déversant, parfois sur les habitants eux-mêmes, pesticide et herbicide, des bovins entassés dans des enclos à ne plus pouvoir se retourner, l’égorgement dans une sordide chaine de bêtes accrochées et , …  ces habitants, figés dans leur mutisme, complices malgré eux et impuissants, une enseignante  consciente du drame infini qui se joue mais démunie devant ses enfants.

 

Dans la salle, un public que l’on sent averti de ce qu’il a vu réagi d’autant plus meurtri et blessé. « Cela se passe aussi chez nous, notre agriculture locale est grande consommatrice de glyphosate » lance Brigitte Turquin, élue du conseil départemental, et d’être modestement satisfaite de l’adoption d’un vœu déposé avec des collègues lors de la dernière réunion du conseil départemental de « Faire  entendre au plus haut de l’état la nécessité de prendre la décision de l’interdiction du glyphosate par l’accompagnement des agriculteurs vers de nouvelles pratiques ».

*Télérama et Médiapart

 

Publicité



Réagir