Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Un chef papou chez le grand chef de Laon Posté le 17/11/2017 - Par Jean-Paul Vaillant & Hervé Boutelier Laon

Après que le chef papou Mundiya Kepanda eut échangé avec des enfants des écoles de Laon à la Maison des Arts et loisirs, il était reçu à la salle des fêtes de l’hôtel de ville  par Eric Delhaye,  maire de Laon, Didier Boussarie, vétérinaire grand voyageur, et Sylvie Vernier –Breuil, présidente du Rotary  club.  C’est avec chaleur que le maire présente son hôte.

 

Mundiya  Kepanda est un chef papou de la tribu des Hulis en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il vit dans l’une des dernières forêts primaires de la planète qui abrite des espèces qui n’existent nulle part ailleurs.  Sous l’effet de la déforestation, cet écosystème est aujourd’hui menacé de disparition. Le chef papou alerte l’opinion sur cette situation préoccupante. Le maire souligne, « Déjà en 2002, Jacques Chirac disait : « notre maison brûle et nous regardons ailleurs », le feu n’est pas éteint, notre invité contribue à l’éteindre ».

 

Sous les applaudissements de l’assemblée, Mundiya Kepanda reçoit la médaille de citoyen d’honneur de la ville de Laon.

 

Traduit par Marc Dozier le photographe français spécialiste de la Papouasie Nouvelle-Guinée qu’il a rencontré en 2001 qui l’accompagne à travers le monde, le chef papou prend la parole : « Merci au grand chef de Laon et à toutes les femmes chefs qui m’accueillent, c’est vrai qu’ici les femmes sont des chefs, il poursuit, je ne sais ni lire ni écrire mais j’écoute les anciens de ma tribu, ils me disent  que  si les forêts disparaissent, nous périrons tous,  et de dire aussi, j’étais invité à la COP 23, j’ai préféré être à Laon, rencontrer les enfants,  je privilégie les actes aux paroles ». A une question sur la position de Donald Trump , le chef répond : «Les hommes sont blancs, noirs ou rouges, il sont tous différents, Donald Trump est un homme, l’histoire sera témoin ».

 

Dans la soirée, l’auditorium du conservatoire  est plein de 250 personnes pour la projection du film « Frères des Arbres »,  Mundiya Kepanda répond aux questions.

 

De Marc Dozier et Luc  Morescot, le film est u n témoignage, il raconte l’histoire de Mundiya par lui-même, un enfant de la forêt. Avec  poésie et tendresse, le conteur partage son amour de la forêt mais dévoile les ravages de la déforestation. De son village isolé, son parcours de défenseur de l’environnement le mène aux grandes rencontres internationales. Le chef papou est l’ambassadeur de la forêt et une voix des peuples autochtones. En toute simplicité il parle aux papillons,  aux animaux empaillés et même à ses parures lorsque vient l’heure de s’en séparer, il a en effet  offert sa coiffe la plus précieuse au musée de l’Homme de Paris.

 

Publicité